Créée en 2000, la Fondation Carmignac, dirigée par Charles Carmignac, émane de la collection d’entreprise Carmignac, exposée dans les bureaux de la société de gestion depuis sa création. C’est à Porquerolles, forêt méditerranéenne en pleine mer, que la Fondation a donné rendez-vous au public. Depuis le 2 juin 2018, au milieu d’un Parc national exceptionnel, les visiteurs peuvent découvrir les œuvres de la collection Carmignac, des expositions temporaires, un jardin de sculptures et une programmation culturelle.

En 2009, la Fondation Carmignac crée le Prix Carmignac du photojournalisme. Le Prix Carmignac, dirigé par Emeric Glayse, a pour mission de soutenir, chaque année, la production d’un reportage photographique et journalistique d’investigation sur les violations des droits humains dans le monde. Sélectionné par un jury international, le lauréat reçoit 50 000 euros lui permettant de réaliser un reportage de fond sur le terrain avec le soutien de la Fondation Carmignac qui nance ensuite, à son retour, une exposition itinérante et l’édition d’un livre monographique.

Les premières éditions ont traité de Gaza (Kai Wiedenhöfer), du Pachtounistan (Massimo Berruti), du Zimbabwe (Robin Hammond), de la Tchétchénie (Davide Monteleone), de l’Iran (Newsha Tavakolian), de la Guyane (Christophe Gin), de la Libye (Narciso Contreras – premières preuves photographiques d’esclavage de migrants en Libye) et du Népal (Lizzie Sadin).

L’exposition « Retrospective » du Prix Carmignac du photojournalisme à la Saatchi Gallery à Londres, qui regroupait les investigations des 5 premiers lauréats, est l’exposition de photojournalisme la plus visitée au monde en 2016 (Source: The Art Newspaper).

Le photojournalisme traverse une crise économique en même temps qu’il affronte une violence parfois débridée sur les lieux de reportage. Le photojournalisme doit être défendu: RSF est depuis plus de trente ans aux côtés des photographes et se félicite de l’engagement de la Fondation Carmignac, qui contribue, par ce Prix, à donner un nouveau souf e à ce métier essentiel qui ouvre les yeux et les consciences de nos sociétés sur les violences du monde. Après tout, comme le disait un rédacteur en chef célèbre, « dans les magazines, on regarde les articles et on lit les photos ». Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontière (RSF)

En 2018, le Prix Carmignac du Photojournalisme soutient un projet d’investigation photographique, capable de rendre visibles les intérêts à l’œuvre et les enjeux qui travaillent l’Arctique pour alimenter la ré exion sur les conséquences du changement climatique.

L’Arctique, région entourant le pôle Nord, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire arctique, est communément délimité par la ligne dite des « 10°C » correspondant aux territoires dont la température moyenne du mois le plus chaud n’excède pas les 10°C. Elle comprend six pays, soit : le Canada, les États-Unis, le Groenland (Danemark), la Russie, la Norvège et l’Islande.

Alors qu’elle était au coeur de la guerre froide, la région arctique, point névralgique des intérêts internationaux, avait, depuis 1990, disparu des débats. Depuis le milieu des années 2000, elle attire de nouveau l’attention pour trois raisons principales : la disparition de la banquise, les besoins grandissants en hydrocarbures et la perspective d’une ouverture de routes maritimes.

La banquise a perdu la moitié de son volume depuis 1979. La pollution et la perspective à moyen terme de sa disparition totale – en été – peut être dévastatrice pour les équilibres environnementaux mondiaux et les populations autochtones. Mais cette catastrophe climatique ouvre de nouvelles routes maritimes pour la circulation commerciale et déclenche des perspectives inédites en matière d’exploitation des ressources naturelles. Au-delà de la fascination et de la curiosité que les pôles exercent par leur éloignement et les conditions extrêmes qui y règnent, ces régions constituent aujourd’hui le terrain des affrontements futurs entre pays et multinationales pour la conquête de ces zones stratégiques qui réapparaissent dans l’histoire des hommes par l’effet du réchauffement de la planète.