TIME FOR THE OCEAN

LA CONNAISSANCE ET LA PROTECTION DES OCÉANS
SONT DES ENJEUX MAJEURS
POUR LE FUTUR DE LA PLANÈTE

L’Océan peut être considéré comme le grand chef d’orchestre de la vie sur Terre. Il couvre plus de 70% de la surface du globe, et abrite la plus grande partie de la biosphère encore inexplorée. Pompe à carbone et producteur d’oxygène, l’océan et les organismes qu’il recèle jouent un rôle majeur dans la régulation du climat de la Terre, tout en étant de plus en plus affectés par les changements globaux. Les Climatologues s’inquiètent des bouleversements qui s’accumulent et affectent notre planète bleue. L’Océan change, se transforme, s’épuise aussi à force d’être exploité par l’homme ou affecté par les changements climatiques. La santé de l’Océan est devenue un enjeu crucial pour le devenir de la planète.

“TIME FOR THE OCEAN” EST UNE ASSOCIATION QUI A POUR OBJET DE FAVORISER LES ÉCHANGES, DE METTRE EN VALEUR LES SAVOIRS ET LES EXPERTISES, ET DE CRÉER LES CONDITIONS D’UNE INTERACTION ENTRE SCIENCE ET ART

L’ASSOCIATION TIME FOR THE OCEAN MET EN ŒUVRE ET SOUTIENT TOUS PROJETS ET RÉALISATIONS EN FAVEUR DE LA PROTECTION DES OCÉANS ET DU LITTORAL.

Elle contribue à renforcer la connaissance et la préservation des éco-systèmes marins et côtiers.

Elle s’implique dans des opérations d’information, d’éducation et de sensibilisation centrées sur les enjeux d’une utilisation rationnelle des ressources naturelles.

Elle mobilise les entreprises, et met à jour les compétences de leurs collaborateurs concernés par l’environnement maritime. Elle accompagne les Fondations et les Instituts dans leur prise de parole et leur communication.

Elle repose sur un conseil, les membres sociétaires, et s’articule autour de 3 activités :

  • Les rencontres internationales
  • Les interventions scientifiques, artistiques ou entrepreneuriales
  • La filière universitaire, dispensant en ligne des formations d’excellence sur l’Océan et ses diverses implications

Des rencontres avec le grand public, les experts et les décideurs, sur les sites d’accueil privilégiés que sont Paris et Deauville, permettent de conjuguer ces trois activités.

NOTRE ENGAGEMENT

Très tôt, et comme beaucoup, j’ai été fascinée par ces héros, entre explorateurs, aventuriers et scienti ques qu’étaient le commandant Cousteau, le professeur Bombard, Éric Tabarly… Ils avaient pour vocation de connaître, faire connaître et protéger la mer. J’admirais les biologistes, leur regard – parce qu’il me semblait être les incarnations parfaites du croisement entre l’expertise et l’engagement. D’emblée, leur démarche, tour à tour scienti que et politique, m’a profondément marquée. C’est sans doute ainsi que tout a commencé. Mais le plus déterminant fut pour moi ce dont me t prendre conscience mon ls. Étudiant en école de commerce, il présenta un mémoire sur le thème : « Les dégâts de la surpêche industrielle : comment y remédier ». Je compris alors qu’avec une grande pertinence la jeune génération nous montrait la voie de l’essentiel : celle de la préservation des Océans. Voilà comment la « transmission », toujours exclusivement présentée dans le sens aîné / cadet, peut s’inverser et transformer les perceptions bien établies… Parallèlement je travaille dans la nance et me suis ces dernières années particulièrement mobilisée sur les actions de fonds d’investissements qui choisissent de s’engager dans des sociétés répondant à des critères environnementaux. Restait à passer des mots aux actes. J’ai créé Time for the Ocean en Juillet 2017.

Marion Semblat, Présidente

 J’ai passé mon enfance sur les 3 grandes mers qui baignent notre pays et la mer, l’océan ont toujours été pour moi une source d’émerveillement et de bonheur. Je suis frappée aujourd’hui par les contrastes de ce monde . D’un côté nous continuons de voir des images merveilleuses sur l’eau , ses rivages sa faune et sa ore. De l’autre, nous assistons, impuissants , à la destruction d’un monde dévasté par la prolifération du plastique, des algues toxiques , des boues rouges et ne subsisteront à terme que des plages désolées. Issue du monde professionnel de la haute joaillerie et de l’horlogerie de luxe spécialisée dans la création d’événements et des lancements de produits ,je me demandais comment être utile, comment soutenir une cause qui me tient à cœur. C’est pour que les mers et les océans redeviennent pour la planète une source inépuisable de vie que je m’engage auprès de Marion Semblat et de son association. Je souhaite y apporter mon temps et mes compétences pour organiser des événements et en assurer la promotion.

Laure de Pourtales, Vice-présidente

 Il n’est pas rare de pouvoir assigner à un moment particulier la naissance d’un sentiment d’urgence. Les prises de conscience font presque toujours suite à un événement déclencheur. Il y a quatre ans un de mes amis m’a fait passer une courte vidéo intitulée, si je me souviens bien, ” le continent de plastic “. Le lm-reportage présentait des images absolument choquantes d’une masse de déchets, d’emballages et de conteneurs plastic qui ottaient et dérivaient sur le paci que à des milliers de kilomètres des côtes. Cette ” île ” ottante, plasti ée et mouvante, terri ante dans son étendue, l’était peut-être encore davantage dans son épaisseur. Des lets, des sacs plastiques etc. embarrassaient le dessous de cette drôle de ” terre “, laissant s’abîmer au fond de l’océan des objets, diffusant des microparticules toxiques dans les eaux. Je rencontrai quelques mois après un photographe franco-italien qui documentait, sur une des îles de Sardaigne, la manière dont le ot avait rejeté sur les rochers des centaines de bidons de plastic. Je décidais de soutenir le projet – esthétique et militant – en le commentant et lui donnant une surface publique – par des textes et par des conférences. Aujourd’hui avec Time for Ocean je m’engage dans une aventure collective – c’est une association – avec le projet de soutenir par mes contacts et ma capacité d’in uence, le progrès de ce sentiment d’urgence qui doit nous occuper, et au-delà occuper ceux qui viennent après nous. Le temps presse. L’eau monte. L’océan ne peut pas attendre …

Thierry Grillet, Secrétaire